Quelles dettes privées en Europe (Ménages et entreprises non-financières)

Si on parle souvent de la dette publique on parle plus rarement de la dette privée, et pourtant, elle a une importance au moins aussi grande en ce quelle favorise la déflation.

Elle favorise la déflation, car des acteurs privés endettés ne consomment pas ou n’investissent pas, car ils cherchent à se désendetter.

Cette présentation s’appuie sur les chiffres que l’on peut trouver sur le site d’Eurostat.

Les chiffres datent de 2014/2015, mais permettent de se faire une idée sur la question. On trouve la dette des ménages et des entreprises non financières (sans les banques par exemple). Ces chiffres sont donnés en % du PIB de leur pays respectifs.

Zone Nord de l’Europe :

Danemark: 220.2 %

Pays-bas : 228.9 %

Finlande: 148.4% ( 153.0 % en 2015)

Suède : 194 %

Zone Sud de l’Europe :

Grèce: 129.9 %

Espagne: 165.4 % ( 153.5 % en 2015)

Italie: 119.5 %

Portugal: 190.2 % ( 180 % en 2015)

Zone médiane:

Belgique: 159.4 % (162.3 % en 2015)

Allemagne: 100.4%

France: 143.2%

UK: 157.6 %

On peut voir que la zone d’Europe du Nord (à part le cas particulier du Portugal) voit ses acteurs privés très endettés, dans ce genre de situation et en cas de crise économique ou financière le risque de déflation peut être important. Cet endettement est souvent créé pour acquérir de l’immobilier ce qui a pu augmenter le risque de bulle.

  • Blogger Post
  • Delicious
  • Digg
  • Facebook
  • FriendFeed
  • Gmail
  • Google Bookmarks
  • Hotmail
  • LinkedIn
  • MySpace
  • Ping
  • Technorati Favorites
  • Twitter
  • Windows Live Spaces
  • Yahoo Bookmarks
  • Yahoo Buzz
  • Windows Live Favorites
  • Share/Save/Bookmark
This entry was posted in Contextes-marchés and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.